L’être humain s’est habitué à jouer un rôle et à étouffer sa vraie personnalité pour mieux s’intégrer à sa société et être accepté des autres. Mais être bien adapté à une société profondément malade n’est pas signe de bonne santé comme on dit. Pour ma part comme pour beaucoup de femmes, la peur de ne pas être acceptée m’a conduite à des troubles alimentaires et une obsession de la minceur.

Désespérée de ne pas correspondre à l’idéal de beauté en vigueur, j’ai voulu tout apprendre sur la gestion du poids en entreprenant des études de diététique. Malgré mes connaissances, le problème initial (dont je n’avais pas conscience) n’était pas résolu et ne serait pas résolu pour les personnes dans ma situation que je souhaiterais aider.

Consciente de cet échec, j’ai arrêté mes études et commencé mes recherches en m’intéressant à la psychologie. Mes interrogations étaient vastes : pourquoi est-il si difficile de tenir ses objectifs de poids ? Qu’est-ce qui me fait retomber invariablement dans dans les grignotages ?

Après avoir trouvé plusieurs éléments de réponse j’ai ouvert mon cabinet de conseil en psychologie alimentaire. Les clientes qui m’ont fait confiance m’ont permis d’assembler les dernières pièces du puzzle et de comprendre le problème dans sa globalité.

Ce que nous avons appris ensemble est que les problèmes de poids et de comportement alimentaire ne sont que des symptômes d’une image de soi inadaptée, dans laquelle on ne se reconnait pas. Vouloir être quelqu’un d’autre implique un grand perfectionnisme et une culpabilité de n’être jamais assez. Finalement, dès lors que l’on s’affranchit de cette façade, la peur d’être soi, les problèmes de poids et bien d’autres disparaissent.

Je vous encourage vraiment à me rejoindre dans ce travail de réappropriation de votre vie et je suis persuadée que chaque personne plus vraie aidera le monde à se sentir mieux dans sa peau.

Elsa –