Non classé

L’aventure des tartes aux fraises commence !

Bienvenue dans l’aventure des tartes aux fraises ! Je suis Elsa Huet, tarte aux fraises assumée et décomplexée. Vous me connaissez peut-être de mon premier projet « Chocolat et Baskets ». J’intervenais sur le site de Chocolat et Baskets pour parler de psychologie alimentaire et d’acceptation du corps. Si cela vous plaisait, pas de panique, j’en parlerai également ici, car c’est finalement ce qui m’a amenée à développer la philosophie tarte-aux-fraises !

En fait cela a commencé quand j’ai décidé de me teindre les cheveux en rouge. Une décision prise sur un coup de folie et qui a sans doute été la meilleure de l’année pour moi. J’étais toujours en retenue auparavant, jamais vraiment sûre de moi. Mais avec des cheveux rouges pétant, je me suis dis que je n’avais pas le choix d’avoir de la personnalité car c’est ce à quoi s’attendraient sans doute les gens en me voyant. Bon ok, c’est loin d’être factuel mais c’est ce que j’avais en tête. C’est pour cela que je l’ai fait à vrai dire. J’en avais marre de rentrer toujours dans le moule. Et mon expression favorite du moment était justement  » Plus on veut rentrer dans le moule, plus on ressemble à une tarte ». Alors ce coup de folie m’a permis de me dire, quitte à ressembler à une tarte, autant que ce soit une tarte aux fraises bien rouges !

Depuis ce moment, j’apprends à m’affirmer et je découvre qui je suis vraiment. On croit se connaître parfaitement jusque’à ce qu’on comprenne à quel point on s’ignore. En fait j’ai découvert cette année que quand on s’ignore, et bien on s’ignore. Mais dans les deux sens. Il y a ignorer quelque chose = ne pas connaître cette chose et ignorer quelque chose = faire comme si on ne l’avait pas vue. Et bien c’est ce qu’il nous arrive. Notre corps et nos émotions nous envoient des signaux que nous préférons ignorer et finalement c’est ce qui nous éloigne de nous-même. Mais quand on apprend à s’écouter et qu’on devient soi-même en dehors de toutes contraintes, qu’on se libère, là notre vie prend un nouveau cap !

Les 3 questions clés des Tartes aux fraises :

Comment devenir moi-même ? Qu’est-ce qui m’en empêche ? Comment je m’en affranchis ?

La philosophie tarte-aux-fraises se résume à ces trois questions, auxquelles je m’efforcerais de répondre du mieux que je le peux, bien qu’elles ne soient pas légères.

Pour moi, les tartes aux fraises c’est un moyen de dire qu’on est enfin soi-même et qu’on se sent libre. Libre de ne pas rentrer dans le moule. On s’autorise à être différent, parfois à déplaire aux autres pour se plaire à soi. Etre une tarte aux fraises, c’est se libérer de tout ce qui nous contraint et nous empêche d’être nous-même.

Mais finalement, on est toujours une tarte ?

Oui, parce qu’on ne peut pas être parfait et les changements pour devenir 100% soi demandent énormément de courage, tout le monde ne peut pas y arriver. Le but c’est d’entreprendre un travail pour apprendre à s’écouter, pas de se mettre la pression pour atteindre encore un idéal de liberté. Et puis je ne considère pas que le moule, autrement dit, la société soit toujours une mauvaise chose. Si je vis dans une société qui respecte les libertés individuelles, sa planète et tous ses habitants, alors je veux bien rentrer dans le moule de cette société, mais avec ma touche perso, d’où les fraises.

Pourquoi je suis passée de Chocolat et Baskets aux tartes aux fraises ?

Si vous me connaissez de ma précédente aventure « Chocolat et Baskets », vous vous demandez peut-être pourquoi j’ai décidé de fermer ce site internet pour ouvrir lestartesauxfraises.fr . Sachez que j’avais ouvert Chocolat et Baskets lors de mes études de diététicienne. A ce moment j’étais dans un état d’esprit « fais-toi plaisir mais fais du sport à côté », d’où Chocolat (plaisir) et Baskets (sport). Avec le temps j’ai essayé de détourner ce nom en disant que le plus important est de se sentir bien dans « ses baskets ».. C’étais rusé mais pas assez efficace puisque beaucoup de personnes faisaient naturellement le lien avec le sport. Je ne suis bien sûr pas contre le sport, au contraire, mais le fait de se faire plaisir par la nourriture ne doit pas être conditionnel

L’autre raison qui rejoint celle-ci c’est qu’à force de pratique (en consultation avec mes clientes et en test sur moi-même) je me suis rendue compte que mes réflexions et mes résultats allaient plus loin. Bien plus loin que simplement les problèmes de poids où de comportement alimentaire. Tous ces soucis sont en fait des symptômes d’un manque d’écoute de soi et d’un manque de liberté. Les personnes étaient enfermées dans un rôle, comme un costume qui gratte, et cela se manifestait à travers leur poids ou leur comportement alimentaire.

Chocolat et Baskets n’avait pour thèmes que le comportement alimentaire et l’acceptation du corps, concepts qui me tiennent toujours à coeur évidemment. Mais disons que je me suis sentie limitée. Aujourd’hui j’ai envie d’élargir ma vision, car si la liberté commence (à mon sens) par l’écoute du corps, bien d’autres idées sont à prendre en compte et vous aideront à avancer dans cette direction. S’écouter reste l’étape la plus importante puisque le reste suivra, notamment en en discutant ici.

J’espère que cette philosophie vous plait, et si c’est le cas j’ai hâte de vous retrouver à travers les prochains articles que je mettrais en ligne dès que j’aurais un peu de temps.

A très vite !

Elsa

.

2 commentaires

  1. Malfilatre a dit :

    Texte très vrai et qui représente beaucoup de personnes je pense notamment des femmes.. Beau travail et bonne continuation Elsa.

    1. admin1629 a dit :

      Merci beaucoup <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *